Publié le Laisser un commentaire

Message pascal de Marie

Mes enfants, l’heure est venue de vous rassembler, de vous unir dans les liens sacrés du cœur, tout le reste est superflu. Tout ce qui ne vient pas du cœur est erroné. Soyez l’interprète de ce qui se joue en vous : la dualité, l’animosité, le mépris, le rejet ; tous ces sentiments sont l’expression d’une dissociation en vous qui cherche à voir l’autre avec ses lunettes de jugement sans percevoir la beauté de son cœur. L’autre est à l’identique de vous, il navigue en eau trouble perturbé par ses émotions qui parfois le laisse pantois ; un animal aux aguets, persuadé d’être persécuté. Un être dépossédé de son pouvoir créateur, ignorant le chemin de réconciliation vers son identité divine. Etes-vous aux aguets ? Désespéré au point que vous placiez votre foi comme un satellite à l’extérieur de vous-même, ne trouvant jamais son point d’amarrage. Tournez vous en orbite ? Etes-vous la tête ailleurs tandis que vos pieds vaquent à leurs occupations ? Vous êtes uns, unis et fraternels sur cette terre en créant ensemble et non en jugeant l’autre pour ces choix ou ces non-choix. Chacun fait avec ses moyens, ses bagages, sa charge, chacun apprend. Crois-tu aider l’autre si tu le pointe du doigt ? Crois-tu faire un acte d’amour lorsque tu oublies jusqu’à ta naissance, jusqu’à ton être suprême et divin qui navigue dans les flots de l’amour infini. Cette réalité n’est pas une chimère réservée aux élites telle que l’on vous l’a fait croire, une cruelle mise en scène jouée maintes et maintes fois et dont vous êtes l’éternel acteur. « Je ne suis pas assez aimé pour mériter d’être, sans cesse je dois me racheter ou me réprimer pour me racheter ». Mes enfants ne vous y trompez pas, même le repenti est un acte indissociable de votre dualité, venant chercher à vous culpabiliser de ne pas avoir été assez bien. Il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises personnes : il n’y a que des cœurs purs égarés sur le chemin de l’amour. Choisir d’aimer au-delà des trompeuses apparences, sans envenimer le débat ou la stigmatisation de certains pointés du doigts c’est choisir de nourrir l’amour en vous.
L’amour est votre salvation tout comme elle demeure votre aspiration. Et pourtant l’amour n’a jamais cessé d’être en vous.
En ce jour béni de Pâques, ou mon fils ressuscité a offert la preuve de son amour à l’humanité, sans trahir l’histoire d’une rédemption ou le cœur a primé sur la haine, je vous invite à ressentir dans vos cœur les grâces de ce jour saint. Que votre nature divine éclaire de mille éclats vos cœurs endoloris par de vils trahisons et qu’il apaise votre soif de justice pour trouver la paix à laquelle vous aspirez tant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

I accept the Terms and Conditions and the Privacy Policy